Rendre justice un acte politique, approche philosophique

Le fait de rendre justice est un acte politique dans la mesure où il implique à la fois une décision qui impacte la société et des individus, et rend compte de la représentation qu’une société se donne d’elle-même. En ce sens l’acte de rendre justice est une forme qui engage collectivement une société donnée, avec son histoire, sa sociologie, ses valeurs et son régime. Dans cette perspective il s’agit d’interroger la place du juge dans la société, le rôle de son office, son environnement, et sa marge de manœuvre et donc de se demander comment l’autorité judiciaire, à travers le juge, participe-t-elle à une mise en forme du social. Le pouvoir exécutif peut-il et doit-il intervenir pour encadrer cet acte ? Le juge doit-il être désigné par le peuple ? La justice civile, régie par les dispositions du statut personnel, est une affaire religieuse, est-elle ainsi en opposition avec l’État ?

Questions de débat : Quelles sont les conditions politiques requises pour rendre justice ? En quoi l’indépendance du juge est-elle nécessaire ?

 

Rendre justice renvoie à de perpétuelles interrogations que se posent les hommes en ce qui concerne l’organisation de la Cité. La justice est en effet une interface entre les individus et les institutions qu’ils se donnent. Dans cette perspective il s’agit d’interroger le sens de la justice avec toutes les tensions qu’il peut impliquer, comme par exemple entre la loi et la jurisprudence, l’opinion publique et le juge, la coutume et l’Etat de droit, etc.

Questions de débat : Un jugement cruel peut-il être juste ? Pourquoi et au nom de qui doit-on rendre justice ? Rendre justice, est-ce contribuer à faire évoluer la société ?

Réagir à cet article

2 Réactions sur "Rendre justice un acte politique, approche philosophique"

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des

La philosophie politique appréhende la fonction du gouvernement comme partie liée à la création de la loi. Or, l’islam classique est un contre-exemple du “gouverner c’est légiférer”. Le droit islamique (fiqh) n’est pas l’émanation de l’exécutif, et s’est même constitué de façon autonome. Son établissement comme référence ultime des juristes ultérieurs, lui confère également une certaine caractéristique diachronique, où le souverain a pu encore avoir moins d’influence sur le droit pré-existant. En d’autres termes, la typologie des sources du pouvoir et du droit en islam est une curiosité, voire un défi à la philosophie politique contemporaine.

Si le droit islamique est autonome dans son rapport au pouvoir, pouvons-nous y voir une tension voire une contradiction entre l’autorité temporelle et l’autorité religieuse? Avec le christianisme le droit est réservé au domaine religieux de l’Eglise, ce qui conduira l’Empire puis les royaumes chrétiens à l’adoption du droit romain pour pallier à ce manque. D’aucuns y ont vu une brèche permettant le processus de sécularisation. Avec cette tension que vous décrivez entre droit islamique et pouvoir peut-on y voir une dynamique similaire à l’oeuvre?

Paroles de justice est une plateforme apolitique. Tous les Utilisateurs doivent rester politiquement neutres dans leurs observations ou commentaires. Les débats sur la plateforme doivent promouvoir l’excellence intellectuelle et la recherche scientifique. La courtoisie doit prévaloir de sorte que les oppositions resteront strictement entre les idées et non les personnes. Les commentaires soumis devront préalablement être approuvés par les Modérateurs avant publication. Les Modérateurs se réservent le droit de supprimer tout commentaire.

MENU