Institut d'Études sur le Droit et la Justice dans les sociétés Arabes

Appel à publications

Contexte :

Cet appel à publication s’inscrit dans une démarche d’échanges et de débats menés sur une plateforme numérique collaborative réunissant les juristes francophones du Moyen-Orient. Cette plateforme se conçoit comme un lieu de parole libre mais exigeant qui vise à réunir les universitaires et professionnels du droit autour de sujets transversaux directement liés à leurs pratiques ou recherches. Sur la plateforme dénommée « Paroles de justice », les utilisateurs pourront participer à la réflexion sur de grands thèmes, tels que, l’accès à la justice, le droit commercial, la coopération internationale et ce que signifie rendre justice.

 

Sujet 1 :

Normes, comportements et attentes des citoyens dans l’accès à la justice

La société joue un rôle crucial dans la formation et les demandes liées à la justice. A travers des comportements, des valeurs et des connaissances communes, l’accès à la justice peut être entendu de diverses façons dans le champ social. Cet appel à publication vise à l’exploration du droit dans les pays arabes à travers une analyse des institutions judiciaires, des pratiques des juges et des représentations du public. L’objectif est d’identifier les dynamiques entre les institutions judiciaires et les justiciables en se concentrant sur les représentations, croyances et attentes des citoyens vis-à-vis de leur accès aux juridictions. Les études empiriques sur le sujet démontrent que la confiance dans les institutions juridiques est en déclin dans les sociétés arabes. De ce constat nait la nécessité d’explorer les causes de ce déclin en observant les éléments sociaux qui favoriseraient ou seraient des obstacles à l’accès aux institutions judiciaires.

Les problématiques qui pourront être abordées (sans pour autant être exclusives) sont :

– La compréhension de la culture juridique à travers le champ social

– Les comportements et le niveau de confiance envers les institutions judiciaires

– L’existence de modes de justice alternatifs, tels que l’arbitrage ou la justice tribale

 

Sujet 2 :

Les principales problématiques du droit de la propriété intellectuelle et de sa pratique dans les pays arabes

 

Sujet 3 :

Les différentes traditions de la culture judiciaire dans les pays arabes

A l’exception de l’Arabie saoudite, et avec des nuances quelques pays du Golfe, les pays arabes ont adopté un système judiciaire proche du modèle français. Cet héritage est d’une part liée à l’histoire de la colonisation (Algérie, Liban, Maroc, Mauritanie, Syrie, Tunisie) et à la résistance vis-à-vis de la présence britannique, plus particulièrement en Egypte qui a eu une influence juridique très importante sur des pays comme la Libye, l’Irak, la Jordanie, les pays du Golfe ou le Soudan. Les compétences des juridictions religieuses sont souvent réduites aux matières du statut personnel (mariage, divorce, filiation, successions). L’histoire et les rapports de force façonnent souvent de manière plurielle les systèmes juridiques, certains comme Eugène Revillout ont même avancé la thèse que le droit civil romain avait des origines égyptiennes ! (Eugène Revillout, Les origines égyptiennes du droit civil romain, Librairie Paul Geuthner, 1912). D’où cet appel à publication: Quelles sont les traditions dont sont héritiers les systèmes juridiques des pays arabes ?

 

Format :

Les auteurs enverront leur proposition de publication, de 1000 signes maximum, par mail à contact@iedja.org, avant le 30/04/2018

La proposition devra comporter les éléments suivants :

Titre de la publication

Les auteurs

Objet et intérêt de la publication proposée

Méthodologie et données mobilisées

Résultats

Les auteurs dont les publications seront acceptées seront avertis par mail au plus tard le 15/05/2018

 

Politique de publication sur « Paroles de justice »

Les articles publiés sur « paroles de justice » doivent fournir une vision synthétique des problématiques mises en avant par les thématiques qui y sont développées à savoir :

L’accès au droit et à la justice

Les opérateurs internationaux et la justice

Rendre justice

Droit commercial et pratique des affaires internationales

 

Contenu :

– L’auteur doit veiller à ce que son article compte entre 2300 et 2500 mots.

– L’auteur doit fournir une synthèse de son article de 200 à 250 mots.

– Les articles sont conçus comme des articles scientifiques, ils devront donc intégrer les normes académiques en termes de référence, citation, pagination et bibliographie.

– Les articles proposés par les auteurs doivent être préalablement validés par la direction éditoriale de IEDJA avant publication.

 

Format :

– Tous les articles, propositions d’articles et synthèses devront être écrit en police Times New Roman, taille 12, interligne 1.5, marges 2cm.

 

Structure :

– Résumé synthétique (200 à 250 mots).

– Introduction qui définit les termes de l’article, une problématique et l’annonce d’un plan structuré (250 à 300 mots).

– Développement. Propos articulé autour d’un plan construit qui suit une problématique définie, chaque partie doit porter un titre.

– Conclusion (300 à 500 mots). La conclusion doit servir à ouvrir le débat sur le sujet traité

 

Auteurs : Les auteurs devront fournir à IEDJA un CV et une brève biographie

 

Edition : IEDJA se réserve le droit de demander aux auteurs des modifications du contenu lors de la réception d’un premier manuscrit afin de s’assurer que celui-ci respecte bien les standards et les termes pour lesquels il a préalablement été retenu. L’édition et la mise en forme du manuscrit final sont à la charge de IEDJA.

 

Traduction : IEDJA pourra, à sa discrétion, traduire les articles en Anglais, Arabe ou Français selon la langue source.

 

Visibilité : La synthèse de l’article pourra être diffusée sur les réseaux sociaux et dans des campagnes de communication visant à promouvoir IEDJA et sa plateforme numérique « paroles de justice ». L’article complet sera publié sur le site de IEDJA, iedja.org.


MENU